Espaces réservés  Salariés | Associations | Administrateurs
Accueil / Toute l'actualité / Défi Neige : le sport comme fonction éducative et sociale

Défi Neige : le sport comme fonction éducative et sociale

Photo Benjamin Géminel.
Impulsé par la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) en partenariat avec les forces de sécurité de l’État, Défi Neige, séjour sportif éducatif et citoyen Activités physiques de pleine nature (APPN), organisé par l’Union régionale sportive Léo Lagrange Provence-Alpes-Côte d’Azur, permet de créer du lien avec des jeunes encore peu suivis dans le travail éducatif. Le but : leur faire vivre une expérience de vie valorisante, leur prouver qu’ils sont capables de faire des choses pour qu’ils ressortent avec une meilleure estime d’eux même.

Mis en place sur les Bouches-du-Rhône, ce projet s’inscrit dans une démarche de renforcement du projet de développement territorial et poursuit la même méthode pédagogique à savoir que le sport doit jouer un rôle et apporter des réponses concrètes pour resserrer les liens sociaux et renforcer la notion de vivre ensemble. À elle seule, la pratique sportive ne peut servir ces objectifs sans être pleinement encadrée.

La fonction éducative et sociale du sport suppose de réunir certaines conditions, telle que la formalisation d’un projet pédagogique, définissant des intentions et des actions s’inscrivant dans la durée, qui devront être réalisées en partenariat par des acteurs capables de mettre leur discipline au service d’objectifs éducatifs.

Le travail fait par les éducateur.rice.s, en partenariat avec les forces de l’ordre, repose essentiellement sur la notion de « vivre ensemble » dans une société laïque, solidaire, égalitaire et fraternelle, et non pas de trier, refuser ou exclure telle ou telle composante de la société.

Ici, le sport est utilisé comme média de rencontre et d’échanges, comme outil de prévention et de lutte contre la récidive et la radicalisation. L’objectif étant de permettre l’insertion ou la réinsertion sociale des jeunes de la PJJ dans le respect des règles de la cité et de ses représentants.

Les objectifs du projet sont :

  • Proposer un événement sportif pour renouer avec des valeurs de citoyenneté, solidarité, d’autonomie, de responsabilité, de contrôle de soi, à travers des APPN ;
  • Éduquer à la citoyenneté, à la laïcité, au respect de l’autre dans la diversité ;
  • Permettre les échanges et faciliter la communication entre la population et les forces de sécurité de l’État ;
  • Agir sur les représentations mutuelles, faire évoluer les représentations, déconstruire les stéréotypes ;
  • Permettre le débat et la prise de parole

Journée de sensibilisation

16 personnes dont 6 jeunes (2 filles et 4 garçons), représentant 3 structures PJJ, ont pu participé à la journée de sensibilisation le 19 janvier à Réallon. Cette journée a permis aux jeunes d’avoir une première approche de la pratique du ski et une découverte ou redécouverte de l’environnement montagne. Ainsi chacun a pu progresser à son niveau et a été sensibilisé au respect de l’environnement.

Jeunes et éducateurs ont été ravis de ce moment qui leur a permis de renforcer leur lien et pour certains de se découvrir des capacités qu’ils ne soupçonnaient pas.

Le séjour à Briançon

Les 29 participant.e.s, 17 jeunes (2 filles et 15 garçons), représentant 7 structures PJJ, ont participé à ce séjour les  27 et 28 janvier derniers. Ils ont été hébergé.e.s au sein du célèbre Centre international de préparation physique en altitude. L’occasion pour les jeunes de découvrir ce site qui accueille toute l’année des sportifs de tous niveaux.

Durant ce séjour, ils ont pu faire différentes pratiques et rencontres :

  • Le samedi, activité raquette et recherche de victime avec les chasseurs alpins de Gap
  • Le dimanche, activité ski encadrée par des guides de haute montagne et échange avec un pisteur sur son métier et ses risques.

Au-delà des activités en tant que telle, ce séjour a permis de les sensibiliser à l’environnement montagnard et ses dangers, d’échanger et de partager avec les différent.e.s professionnel.lle.s de ce corps de métiers.

La vie en collectivité a aussi permis aux jeunes de se rencontrer en dehors des temps d’activité. Compte tenu du nombre de participants et des contraintes matérielles, ils ont dû apprendre à sortir de leur rythme personnel pour accepter l’emploi du temps (repas en commun à heure fixe, temps d’accès aux chambres, etc.) et les règles inhérentes à la vie en groupe.